3.10.20


 

Ô plage normande

qui m'a vue grandir,

ton eau glaciale

tes durs galets

tes courants d'air

à chair de poule

tes trous à crabes

tes roches à moules

tout ça m'a bien manqué

au mois de mai

quand confinée

je me réfugiais

dans mes pensées.




!

L'Adriatique peut aller se rhabiller

Tu resteras toujours ma préférée.